ACCUEIL

QUI SOMMES NOUS ?

NOUS CONTACTER

LES DOSSIERS
- Anatomie du genou
- Genou méniscal
- Genou ligamentaire
- Genou rotulien
- Genou de l'enfant
- Arthrose du genou
- Prothèse du genou

INFORMATIONS PATIENTS

LIENS SUPPLEMENTAIRES


Genou ligamentaire


Rupture du ligament croisé antérieur chez le footballeur

Le point de vue de la Société française de chirurgie orthopédique
et traumatologique

Entretien avec le Dr Guy Bellier (SOFCOT)

Le ligament croisé antérieur du genou (LCA) est une zone particulièrement exposée lors de la pratique du football en raison des multiples sauts spectaculaires, rotations et pivots auxquels se livrent les joueurs. Dernier touché : Robert Pires, blessé au sommet de sa forme à la 20ème minute du match qu'il disputait le 23 mars dernier.

1. Quelle est la fréquence de la rupture du ligament antérieur du genou par rapport aux autres lésions observées lors de la pratique du football ?
Dr.G.Bellier : "Il s'agit d'une lésion extrêmement fréquente chez le footballeur puisque dans ce sport de pivot-contact imposant de multiples rotations, le LCA est l'objet de constantes sollicitations à chaque fois que le joueur se réceptionne après un saut ou un changement de direction rapide. La rupture du ligament survient lors de l'opposition brutale du corps aux changements de direction, une situation courante qui fait appel à la mobilité et aux réflexes des joueurs ou lors du contact avec ses adversaires (tacles).
La pratique sportive reste la principale cause de rupture du LCA bien avant la traumatologie routière et l'accidentologie qui sont plutôt à l'origine de la rupture du ligament croisé postérieur.
La lésion du LCA peut être isolée ou associée à des lésions méniscales et/ou cartilagineuses et/ou ligamentaires.
Le diagnostic lésionnel est actuellement facilité par l'examen clinique rigoureux du patient et confirmé grâce à l'imagerie par résonance magnétique(IRM). La formation actuelle des médecins du sport, des médecins de station de ski et des médecins d'équipe a contribué à mieux identifier cette lésion invisible à la radio standard. "

2. L'accident dont a été victime Robert Pires était-il prévisible chez un joueur aussi bien entraîné ?
Dr G.Bellier : "Au football, il faut savoir anticiper. R.Pires a précisé qu'il avait manqué de vigilance, de concentration lors de son accident. Le saut qu'il a effectué pour éviter le tacle de son adversaire et la rotation, alors imposée à son corps, est à l'origine de cette rupture de ligament. Dans un jeu qui mise sur la mobilité, la vitesse, l'astuce, il suffit d'un quart de seconde d'inattention pour mal se réceptionner.
Statistiquement, on constate moins de ruptures du LCA chez les sportifs de haut niveau que chez les amateurs qui pratiquent dans de moins bonnes conditions (sur des terrains pas toujours en très bon état et en étant moins bien entourés médicalement)."





Auteur(s): Dr Guy Bellier